Culture turque

Les histoires de Nasreddin Hoca (hodja)

nasreddin hodja hoca histoires

Il y a quelques jours, j’ai publié sur les réseaux sociaux un dessin de ma fille qui représentait Nasreddin Hoca (pronconcé hodja).

nasreddin hoca hodja

Je tiens à vous présenter ce personnage connu pour ses anecdotes pleines d’intelligence invitant à rire et à réfléchir sur les défauts de l’homme comme l’avarice, l’hypocrisie et la vanité.

 

Qui est Nasreddin Hoca?

Nasreddin hoca est un personnage né en Turquie dans la ville de Sivrihisar en 1208, connu pour ses histoires qui font rire les petits comme les plus grands.

Les histoires de Nasreddin, riches en intelligence et esprit, sont également connues de l’Afrique du Nord à l’Iran ainsi que des Balkans jusqu’en Chine.

Ses anecdotes ont été transmises oralement puis transcrites plus tard en 1571.  Nasreddin est toujours vu comme un fou et un idiot par son entourage mais il démontre toujours le contraire avec son raisonnement exemplaire.

Vous connaitrez mieux le personnage de Nasreddine en lisant ses aventures. Je vous en ai sélectionné 2 que j’ai traduis ici:

 


Nasreddin Hoca et la marmite:

 

Un jour Nasreddin Hoca a besoin d’une grande marmite mais il n’en a qu’une petite.

Il décide alors d’aller toquer chez son voisin pour lui demander de lui en emprunter. Ce dernier se méfie. Nasreddin Hoca promet d’en prendre soin. Le voisin accepte.

Après utilisation, Nasreddin part rendre la marmite à son voisin. Il y a ajouté une marmite plus petite.

Son voisin est étonné de voir cette petite marmite et en fait la remarque.

Nasreddin explique que la marmite a enfanté. Le voisin est surpris mais content et garde les 2 marmites.

Plus tard, Nasreddin retourne chez son voisin pour demander la marmite à nouveau. Le voisin accepte sans hésitation, espérant qu’une nouvelle surprise se reproduise.

Le temps passe et Nasreddin n’a toujours pas rendu la marmite à son voisin. Agacé, le voisin va voir Nasreddin pour lui demander sa marmite.

Nasreddin répond que la marmite est morte. Le voisin, énervé s’exclame « menteur, une marmite ne meurt pas! ».

Nasreddin répond alors: « tu as bien cru à l’accouchement de la marmite, et pourquoi ne pas croire à son décès alors? »

 


Nasreddin dans son rôle de Kadi adjoint (adjoint au juge)

Nasreddin mange dans un restaurant. Un homme pauvre passe devant le restaurant pour renifler l’odeur des soupes dans la cuisine comme à son habitude.

Très en colère, le propriétaire du restaurant demande de payer toutes les odeurs des plats que l’homme démuni est venu sentir.

Accablés, les clients témoins de cette scène disent « tu es fou! on ne fait pas payer pas une odeur quand même! »

Nasreddin hoca se lève et dit au propriétaire: « tu as raison! il doit payer toutes les odeurs des plats que tu as cuisiné. Allons voir le kadi (juge), mais il faut que tu me payes pour mon assistance. (Nasreddin hoca exerçait en tant qu’adjoint au juge).

Le propriétaire paye Nasreddin. Tous vont voir le juge.

Le propriétaire explique la situation. Le juge est effaré du ridicule de la plainte du propriétaire et nie l’obligation du pauvre homme de devoir payer les odeurs qu’il a senti.

Nasreddin demande au juge d’être entendu. Il explique que le propriétaire doit être payé. Le juge laisse faire. Nasreddin demande au pauvre homme de sortir toute sa richesse de sa poche. Nasreddin prend sa bourse d’argent et la secoue longtemps à côté des oreilles du propriétaire et dit fièrement: « le son des pièces de monnaie paye le prix des odeurs « 

 


Animation en anglais: l’âne de Nasreddin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *